PETR ONLINE

Les minéraux des roches au microscope polarisant

Sommaire

Le microscope polarisant

Le microscope polarisant utilisé en pétrographie se différencie d'un microscope banal par la présence de deux dispositifs polarisants placés sur le trajet de la lumière avant et après la préparation.

Le premier polariseur est fixe. Son plan de vibration est confondu avec le plan de symétrie du microscope et matérialisé dans le champ de l'oculaire, par le fil nord-sud du réticule.

Le second polariseur, appelé analyseur, a son plan de vibration perpendiculaire à celui du polariseur et matérialisé par le fil est-ouest du réticule. Il est mobile et permet deux modes d'observation :

  1. observation en Lumière Polarisée Non Analysée (LPNA), dite lumière « naturelle » (polariseur en place et analyseur escamoté),

  2. observation en Lumière Polarisée Analysée (LPA), dite lumière « polarisée » (polariseur et analyseur en place).

Pour être étudiées au microscope polarisant, les roches sont mises sous forme de plaques minces. Celles ci sont des parallélépipèdes de roches découpés à la scie diamantée, collés sur une plaque de verre, usés jusqu'à une épaisseur normalisée de 0,025 mm, recouverts d'une lamelle de verre.

A cette épaisseur, la plupart des minéraux sont transparents et pourront être déterminés au microscope. Certains, malgré cette épaisseur, ne laisseront pas passer la lumière : ils seront qualifiés de minéraux opaques (le plus souvent des oxydes de fer).

 

Université Bordeaux 1Ulysse, Ingénierie Multimédia de Formation